Archive for the ‘Marrakech Tours’ Category

(English) Visit Terres d’Amanar, an Adventure Park with a Difference

lundi, août 25th, 2014

Attractions touristiques à Marrakech – Musée Tiskiwine

lundi, juillet 14th, 2014

Situé dans la rue de la Bahia, entre les palais de Dar Si Said et de Bahia, le musée Tiskiwine de Marrakech a été créé par l’anthropologue néerlandais Bert Flint, un collectionneur d’art nord-africain qui a rempli son musée d’artefacts du Maroc, du Mali, du Sahara, des régions subsahariennes et environnantes.

 

Le musée

Sans aucun doute un des musées et une des attractions touristiques les plus fascinants de Marrakech, la maison Tiskiwine de son nom courant, se trouve dans une maison magnifiquement rénovée typiquement dans le style hispano-mauresque. Un trésor architectural de plein droit, le musée présente une collection colorée d’art et artisanat nord-africains qui témoigne de la vitalité de l’histoire culturelle de la région.

Travail du bois et zellige

Même ceux qui ne s’intéressent pas spécialement aux origines des artefacts présentés s’arrêteront pour s’émerveiller devant les motifs élaborés et complexes des exemples présentés dans tout le musée de travail du bois et de zellige (carreaux en argile cuite). D’une beauté exceptionnelle, ce superbe travail artistique provoque l’admiration pour le savoir-faire des artisans qui l’ont créé.

(Lire la suite…)

De Marrakech, faites une excursion jusqu’à Ouirgane

mardi, juillet 1st, 2014

Le joli petit village d’Ouirgane est une agglomération berbère située au pied du Haut Atlas, en bordure du parc national du Toubkal, à environ 1h30 de Marrakech.

La magie d’Ouirgane

Entourée de forêts de pins, de collines de terre rouge et de verdure magnifique, Ouirgane est un lieu superbe pour le VTT ou la randonnée ; le parc national est un endroit également apprécié pour l’équitation, l’observation des oiseaux et le trekking. Offrant des vues magnifiques sur le massif du Toubkal, le village se situe dans une vallée sur l’oued (rivière) Nfis et il est particulièrement charmant au printemps quand les amandiers sont en fleurs et apportent une beauté époustouflante à cette scène rurale.

Attractions aux environs

Outre l’attraction du parc national même, Ouirgane se situe à quelques kilomètres seulement des sanctuaires de Rabbi Haim Ben Diwan et de Moulay Brahim, près des villages d’Anraz et d’Asni, respectivement à 3 et 15 km d’Ouirgane même. Imlil est un autre village bien connu, au pied du mont Toubkal, le point de départ de treks jusqu’aux sommets de cette montagne qui offrent en route des vues spectaculaires.

(Lire la suite…)

Lieux à visiter à Marrakech – les jardins de l’Agdal, le « pré clos » de Marrakech

mardi, juin 17th, 2014

Situés à proximité des jardins de la Ménara et de la médina de Marrakech, les jardins de l’Agdal ont été créés par le fondateur de la ville, Abd el-Moumen (1130 – 1163) de la dynastie des Almohades, qui a également entrepris un grand nombre des projets de construction les plus remarquables de la ville. Modernisés pendant la dynastie saadienne, les jardins ont été agrandis sous le règne de Moulay Abderrahmane au XIXe siècle.

Jardins de l’Agdal

Le nom de ces jardins est dérivé d’un mot berbère qui signifie « pré clos ». Bordant la médina à son extrémité sud, les jardins ou vergers de l’Agdal, qui couvrent une surface d’environ 280 hectares, ont été créés pour servir de jardin d’agrément privé au calife, mais aussi pour produire des fruits.

Les jardins

Abritant des vergers rectangulaires plantés d’abricotiers, figuiers, citronniers, orangers et grenadiers, chacun reliés par des allées bordées d’oliviers, les jardins étaient irrigués par les eaux de la vallée de l’Ourika alimentées par un vaste khettara (réseau souterrain de fossés et de canaux). (Lire la suite…)

Musée d’art marocain de Marrakech

jeudi, avril 24th, 2014

Situé dans un palace du 19ème siècle, le musée Dar Si Saïd est considéré au Maroc comme l’un des plus éloquents hommages au savoir faire des maîtres artisans. Entouré d’une cour magnifique remplis de cyprès apportant de l’ombre et de fleurs, avec une fontaine et un kiosque, les pièces d’exposition du musée sont remplies d’objets innombrables qui témoignent des plus beaux exemples de la riche tradition artistique du Maroc et de son héritage artisanal.

Des trésors à découvrir

Il existe parmi les objets les plus remarquables que l’on se doit d’aller admirer au Musée Dar Si Saïd une commode datant de 1000 ans après J.C., des coiffes berbères en argent et des tapis magnifiques du Haut Atlas aux innombrables tons pourpres. D’autres objets incluent des bijoux, des vêtements de mariage, de la poterie, des articles de cuir et des tapis de sol.
Les visiteurs peuvent découvrir d’extraordinaires mosaïques dans l’ensemble du musée, des artéfacts en stuc et des portes de bois de cèdre magnifiquement gravées et embellies par des talismans élaborés qui protègent du mauvais œil.

(Lire la suite…)

Les 7 délices d’un voyage jusqu’aux Cascades d’Ouzoud

lundi, février 24th, 2014

Situées dans la province du Grand Atlas d’Azizal, à quelques 150 kilomètres au nord-est de Marrakech, les cascades d’Ouzoud sont plus que de simples cascades.

La région alentour

Le trajet de Marrakech aux cascades l’Ouzoud est une expérience en soi car la route vous fait découvrir des vertes vallées et la superbe gorge de la rivière El Abid, en traversant des vergers et des moulins à olives sans âge jusqu’au village Berbère de Tanaghmeilt non loin de là. Lorsque l’on aperçoit la beauté magnétique de cette région désertique, il est facile de comprendre pourquoi la presque totalité de cette région  a été désignée site protégé par un certain nombre d’organisations nationales et locales.

(Lire la suite…)

La Place Djemaa El Fna

lundi, février 10th, 2014

Comme la plupart des villes marocaines, Marrakech offre deux facettes complètement différentes, la première, le quartier moderne et commercial de Guéliz et la seconde l’ancienne médina entourée de remparts. La médina de Marrakech est l’une des cinq médinas qui sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, elle est remplie de monuments grandioses, un immense souk est bâti autour de la célèbre place Jema El Fna, une place remplie de monde, bouillonnante de vie dans le cœur de la ville.

Le paradis des consommateurs

Entourée d’allées en forme de labyrinthe et d’habitations serrées, la place Djemaa el Fna est le point de départ pour explorer le dédale sans fin des souks où l’on trouve de tout depuis des souvenirs à bas prix et des épices aux magnifiques tapis et articles en bois ou en métal finement sculptés ainsi que des bijoux traditionnels. Tout au long de la journée Il est possible de se rafraichir en buvant un jus d’orange fraichement pressée et de manger des délicieuses dates marocaines offertes par les innombrables vendeurs sur la place.

(Lire la suite…)

Visite du jardin Majorelle à Marrakech

vendredi, octobre 4th, 2013

Au cœur de l’ébullition de Marrakech, on peut encore trouver de petites poches de tranquillité et de sérénité, un contraste absolu avec la chaleur et le rythme effréné de la ville tout autour.

Le Jardin Majorelle est une de ces oasis de calme, c’est un des lieux qui attirent le plus de visiteurs à Marrakech. Baptisé en hommage à son créateur d’origine française, Jacques Majorelle, un peintre inspiré par le mouvement de l’Art Nouveau du début du XXe siècle, ce jardin sous sa forme moderne s’étend sur près de 10 000 m² où s’unissent créations et nature.

Là, sous les murmures de l’eau qui ruisselle doucement de bassins en marbre, de fontaines et de canaux d’irrigation et sous les pépiements continuels des oiseaux se crée une ambiance idyllique d’exotisme subtropical, tandis que des sentiers traversent des plantations de bananiers et de bambou, des cocotiers et des bougainvilliers sans oublier une impressionnante collection de cactus.

Majorelle a passé près de quarante ans à créer et façonner ce jardin pour en faire une splendide œuvre d’art botanique même si, après sa mort en 1962, il est tombé à l’abandon.

(Lire la suite…)

Visite de la tannerie à Marrakech

mercredi, août 14th, 2013

La matière première des produits en cuir fin est produite dans le vieux quartier des tanneries de Marrakech, un lieu d’un attrait magnétique pour les touristes car l’expérience y est aussi fascinante que l’odeur y est prononcée.

Certains vous avertiront contre la visite de ce quartier odorant de la ville, mais ce serait une erreur à de nombreux égards, car la méthode ancienne qui permet de transformer en cuir des peaux de chèvre et de mouton n’a que peu changé depuis la nuit des temps et c’est un rappel captivant d’une autre époque.

Les tanneurs de Marrakech existaient déjà quand la ville a été fondée en 1062 et la production d’objets de maroquinerie est depuis lors un commerce important. À l’heure actuelle, la méthode archaïque de transformation fait appel à un cocktail désagréable de liquides élémentaires (un mélange d’urine de vache, d’excréments de pigeon et d’acides) dans lesquels les peaux sont lavées et préparées.

Vous y verrez des hommes torse nu, debout dans des cuves en terre remplies jusqu’au genou de cette mixture à l’odeur diabolique, qui sont en train de nettoyer les peaux avant de les transférer dans d’autres cuves où elles seront teintes dans d’autres liquides multicolores à l’air tout aussi suspect. Cette opération terminée, les peaux sont étalées au soleil pour y sécher.

(Lire la suite…)

Les tombeaux saâdiens de Marrakech

samedi, juillet 27th, 2013

Si vous êtes amateur d’histoire, les tombeaux saâdiens vous intéresseront, un des lieux touristiques les plus fréquentés de la ville, c’est là que reposent les souverains et d’autres membres de la dynastie saâdienne, un des plus beaux exemples d’art islamique du Maroc.

La première sépulture connue remonte à la fin du règne du sultan Ahmed el Mansour (1578-1603), sixième de la dynastie saâdienne, dont l’ère s’est étalée du milieu de XVIe siècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

À son arrivée au pouvoir, Moulay Ismaïl (1672-1727) a scellé les tombeaux dans le but d’effacer toute trace de ses prédécesseurs et ce n’est qu’en 1917, grâce à un levé aérien, qu’ils ont été redécouverts par les Français. Les tombeaux ayant été scellés pendant toutes ces années, ils ont été retrouvés dans un état de préservation quasi-parfait et le service des Beaux-Arts marocain a depuis redonné à ce site sa splendeur originale.

(Lire la suite…)