Archive for the ‘Things To Do In Marrakech’ Category

(English) Golf Courses in Marrakech

samedi, janvier 7th, 2017

(English) Events and Things to Do in Marrakech in February 2017

mercredi, décembre 21st, 2016

(English) Events and Things to do in Marrakech in January 2017

jeudi, décembre 1st, 2016

(English) Hotels in Marrakech with Pools

jeudi, novembre 10th, 2016

(English) Christmas Shopping in Marrakech

mardi, novembre 1st, 2016

(English) December in Marrakech – dates for your diary

mercredi, septembre 28th, 2016

(English) November in Marrakech 2016– dates for the diary

mercredi, septembre 7th, 2016

(Lire la suite…)

(English) October 2016 in Marrakech – Dates to Note

mercredi, août 3rd, 2016

(Lire la suite…)

Écomusée berbère dans la vallée de l’Ourika

jeudi, juillet 14th, 2016

Presque tous les groupes ethniques du Maroc sont des arabes berbères, un fait qui se reflète dans la majorité de l’architecture et des traditions culturelles de cette ville. Vous en apprendrez plus à ce sujet en visitant l’écomusée berbère à 37 km au sud de Marrakech, près d’Ourika au pied du Haut Atlas, au cœur de paysages de montagne splendides. Situé dans le village de potiers de Tafza, dans une des casbahs du village, il s’agirait du premier musée berbère du Maroc.

Que peut-on y trouver ?

Ce musée a été restauré suivant des techniques de construction traditionnelles, il présente une collection permanente de tapis et poteries, ainsi que divers autres jolis exemples de la culture berbère. Le musée accueille également des expositions temporaires comme « Paysages et visages du Haut Atlas 1957 », qui comprenait des documentaires du photographe humaniste et réalisateur Daniel Chicault. Ce musée ne se limite pas à une collection historique, c’est aussi un centre de recherche et d’études qui propose des activités diverses dont la plantation d’arbres, des trekkings dans des villages et le Haut Atlas, des stages de musique et de poterie.

La poterie à Tafza

Traditionnellement, Tafza était et demeure le plus gros village de potiers de la vallée de l’Ourika, avec 40 ateliers encore en activité dans ses environs. Il n’est pas surprenant que des stages d’initiation à la tradition de poterie berbère figurent parmi les activités que l’écomusée berbère propose aux visiteurs.

Les « nouveaux » jardins secrets de Marrakech

vendredi, juillet 1st, 2016

Ouverts au public en mars 2016, ces magnifiques jardins se trouvent dans le quartier de Mouassine de cette ville, à l’endroit où se trouvait la résidence d’un ancien gouverneur de Marrakech. Un havre de paix qui nous transporte en arrière dans le temps, à travers l’histoire jusqu’à la dynastie saadienne, ces jardins secrets sont constitués de deux cours avec des jardins, des fontaines et des bâtiments majestueux où la diversité biologique s’associe à la beauté architecturale. Séparés par un pavillon contemporain avec des murs décalés, les deux jardins sont tout à fait séparés et distincts, la plantation du jardin islamique plus grand en contraste avec la simplicité du jardin exotique plus intime et complexe.

Cour de l’entrée 

Évoquant l’influence coloniale du pays dans la conception des jardins, la première cour est remplie de plantes de l’Afrique du Nord et du Sud, de la Méditerranée, de l’Australie et d’autres régions jouissant de climats semblables à celui du Maroc. Les arbres de cette cour proviennent de pépinières de Sicile, tandis qu’une de Casablanca a fourni la majorité des plantes. Cette partie très parfumée du « jardin secret » est un embrasement de couleurs avec ses ondées de fleurs qui symbolisent l’exotisme et le romantisme de la ville rouge.

Deuxième cour

La deuxième cour plus large se trouve à l’endroit où avait été créé le jardin original du XVIIIe siècle. Ses plantations ont été renouvelées pour correspondre à la conception traditionnelle des jardins islamiques, notamment dans leur forme originelle en croix du chaghbar, avec sa fontaine au centre et un ruisseau qui s’écoule doucement. Les quadrants ont été plantés de citronniers et d’orangers, tandis que des oliviers bordent les murs nord et sud de la cour. Sous les arbres, un effet de prairie a été réalisé grâce à une profusion d’herbes hautes mexicaines (stipa tennuisima) où s’intercalent un mélange de pavots de Californie, de lavande et de tulbaghia.