Archive for the ‘What To See In Marrakech’ Category

(English) Events and Things to do in Marrakech in January 2017

jeudi, décembre 1st, 2016

(English) Christmas Shopping in Marrakech

mardi, novembre 1st, 2016

(English) December in Marrakech – dates for your diary

mercredi, septembre 28th, 2016

(English) November in Marrakech 2016– dates for the diary

mercredi, septembre 7th, 2016

(Lire la suite…)

(English) October 2016 in Marrakech – Dates to Note

mercredi, août 3rd, 2016

(Lire la suite…)

Écomusée berbère dans la vallée de l’Ourika

jeudi, juillet 14th, 2016

Presque tous les groupes ethniques du Maroc sont des arabes berbères, un fait qui se reflète dans la majorité de l’architecture et des traditions culturelles de cette ville. Vous en apprendrez plus à ce sujet en visitant l’écomusée berbère à 37 km au sud de Marrakech, près d’Ourika au pied du Haut Atlas, au cœur de paysages de montagne splendides. Situé dans le village de potiers de Tafza, dans une des casbahs du village, il s’agirait du premier musée berbère du Maroc.

Que peut-on y trouver ?

Ce musée a été restauré suivant des techniques de construction traditionnelles, il présente une collection permanente de tapis et poteries, ainsi que divers autres jolis exemples de la culture berbère. Le musée accueille également des expositions temporaires comme « Paysages et visages du Haut Atlas 1957 », qui comprenait des documentaires du photographe humaniste et réalisateur Daniel Chicault. Ce musée ne se limite pas à une collection historique, c’est aussi un centre de recherche et d’études qui propose des activités diverses dont la plantation d’arbres, des trekkings dans des villages et le Haut Atlas, des stages de musique et de poterie.

La poterie à Tafza

Traditionnellement, Tafza était et demeure le plus gros village de potiers de la vallée de l’Ourika, avec 40 ateliers encore en activité dans ses environs. Il n’est pas surprenant que des stages d’initiation à la tradition de poterie berbère figurent parmi les activités que l’écomusée berbère propose aux visiteurs.

Les « nouveaux » jardins secrets de Marrakech

vendredi, juillet 1st, 2016

Ouverts au public en mars 2016, ces magnifiques jardins se trouvent dans le quartier de Mouassine de cette ville, à l’endroit où se trouvait la résidence d’un ancien gouverneur de Marrakech. Un havre de paix qui nous transporte en arrière dans le temps, à travers l’histoire jusqu’à la dynastie saadienne, ces jardins secrets sont constitués de deux cours avec des jardins, des fontaines et des bâtiments majestueux où la diversité biologique s’associe à la beauté architecturale. Séparés par un pavillon contemporain avec des murs décalés, les deux jardins sont tout à fait séparés et distincts, la plantation du jardin islamique plus grand en contraste avec la simplicité du jardin exotique plus intime et complexe.

Cour de l’entrée 

Évoquant l’influence coloniale du pays dans la conception des jardins, la première cour est remplie de plantes de l’Afrique du Nord et du Sud, de la Méditerranée, de l’Australie et d’autres régions jouissant de climats semblables à celui du Maroc. Les arbres de cette cour proviennent de pépinières de Sicile, tandis qu’une de Casablanca a fourni la majorité des plantes. Cette partie très parfumée du « jardin secret » est un embrasement de couleurs avec ses ondées de fleurs qui symbolisent l’exotisme et le romantisme de la ville rouge.

Deuxième cour

La deuxième cour plus large se trouve à l’endroit où avait été créé le jardin original du XVIIIe siècle. Ses plantations ont été renouvelées pour correspondre à la conception traditionnelle des jardins islamiques, notamment dans leur forme originelle en croix du chaghbar, avec sa fontaine au centre et un ruisseau qui s’écoule doucement. Les quadrants ont été plantés de citronniers et d’orangers, tandis que des oliviers bordent les murs nord et sud de la cour. Sous les arbres, un effet de prairie a été réalisé grâce à une profusion d’herbes hautes mexicaines (stipa tennuisima) où s’intercalent un mélange de pavots de Californie, de lavande et de tulbaghia.

Juillet à Marrakech – dates brûlantes à noter dans son agenda

lundi, juin 13th, 2016

Alors que la température atteint largement les 30 degrés et souvent les 40, juillet, comme le mois d’août, est le mois le plus chaud de l’année à Marrakech, autant au niveau de la chaleur sèche brûlante que des fêtes les plus populaires.

Jours fériés nationaux et religieux

Il y a deux fêtes religieuses en juillet, dont la première, Lailat al Kadr, se tient le vendredi 1er juillet. C’est la commémoration de la nuit au cours de laquelle le Coran a pour la première fois été révélé au prophète Mohammed, cette « Nuit du Destin » est considérée comme l’évènement le plus saint du calendrier musulman.

Eid al-Fitr

Eid al-Fitr est la seconde fête religieuse, tout aussi importante, elle se déroulera en juillet et avec des défilés et des fêtes de rue, les Musulmans du monde entier célèbreront la fin du mois de Ramadan en visitant des amis et des parents et en échangeant des cadeaux.

Eid al Arch

Eid al Arch, ou « fête du Trône » est un jour férié qui marque la succession de Hassan II par son fils Mohammed VI. Cette fête qui a lieu tous les ans le 30 juillet est l’occasion de cavalcades (défilés ou processions à dos de cheval), de festins et de feux d’artifice.

Festival d’arts populaires

Le festival d’arts populaires est un évènement qui donne un caractère unique aux visites de Marrakech en juillet. Durant tout le mois, ce pot-pourri passionnant d’activités culturelles reconnaît et célèbre la vaste étendue des arts traditionnels du Maroc et comprend des spectacles d’art dramatique, de danse, de rue et de charmeurs de serpent. Les spectacles principaux ont lieu dans la place centrale (Jemaa El Fna) et au palais Badi, tandis que les représentations à dos de cheval en costume traditionnel se déroulent à l’extérieur des murs d’enceinte.

Festival de jazz de Marrakech

Si vous aimez le jazz, il faut absolument que vous prévoyez votre visite de Marrakech pendant son festival (du 1er au 15 juillet), bien que petit, il est populaire et organisé sur les mêmes bases que celui bien établi de Montreux, avec des représentations dans plusieurs endroits, dont le cadre spectaculaire du palais de Bahia et des jardins luxurieux de Ménara. Le programme détaillé de cette année sera bientôt disponible en ligne.

Autres choses à faire

Quand les températures brûlantes du soleil estival deviennent trop difficiles à supporter, vous pouvez trouver le répit en visitant le musée de Mouassine qui vient d’être terminé à Derb El Hammam. La rénovation en 2015 de ce bâtiment du XVII/XVIIIe siècle offre aux visiteurs la chance rare de voir à quoi ressemblait une résidence privée pendant l’ère saadienne. Le musée présente une splendide collection d’articles qui illustrent la tradition des arts décoratifs, de la photographie et de la musique dans la vie quotidienne au Maroc. (Lire la suite…)

Sidi Ghanem, un trésor inattendu

lundi, juin 6th, 2016

Il n’est pas surprenant que les régions industrielles n’attirent que rarement les touristes et par conséquent, la zone industrielle de Sidi Ghanem située à 15 minutes (en voiture) du centre de Marrakech est généralement oubliée. Toutefois, la région vaut le détour pour ceux qui recherchent des produits originaux de l’artisanat à des prix fabricants, souvent introuvables dans les souks.

À propos de Sidi Ghanem

Ses nombreux ateliers et usines la rendent peu photogénique, mais au fil de ces dernières années, Sidi Ghanem connaît un véritable essor grâce au nombre important de stylistes locaux et étrangers qui viennent y installer leur boutique ou leur studio. Aujourd’hui, les visiteurs trouveront une mine d’articles et de denrées de toutes sortes et ils auront peut-être même l’occasion de rencontrer l’un des stylistes. Il y a même un petit bistrot français pour se désaltérer.

Des trésors à découvrir

Souvent d’une nature plus contemporaine que les articles traditionnels courants que l’on trouve dans les souks de la ville, les objets variés à découvrir à Sidi Ghanem vont de bougies chics de décorateurs, de poteries modernes, de tissus raffinés et de luminaires stylés jusqu’aux coussins tissés main, sans oublier les poufs en cuir, les tapisseries et les rideaux.

Vous y trouverez aussi des articles de mode amusants fabriqués à partir de fourrures vintage démontées, ainsi que des tissus cirés dans des motifs africains, des sacs dans les cuirs marocains et espagnols les plus fins, mais aussi des meubles de style colonial, de magnifiques plateaux et assiettes et des tabliers colorés.

Certaines boutiques proposent des peintures et d’autres objets d’art signés par des artistes locaux ou étrangers tandis que d’autres abritent des vêtements, des bijoux et des ceintures inspirés par la toute dernière mode. L’artisanat marocain traditionnel y fait aussi bonne figure. En bref, on y trouve quelque chose pour tous les goûts.

Dates à ne pas rater en juin 2016

jeudi, mai 19th, 2016

Avec des températures entre 20 et 35 degrés et peu de pluie, il fait plutôt chaud en juin à Marrakech. Bien qu’il soit conseillé d’éviter le soleil accablant de midi sans protection adéquate, un certain nombre d’excellentes fêtes et manifestations ont lieu au mois de juin qui valent la peine d’être vues.


Ramadan, du 06/06/2016 au 05/07/2016 

Le 6 juin marque le début du Ramadan, mois de jeûne qui prend fin à l’Eid el-Fitr, un jour de festin le 5 juillet. Tandis que les affaires se poursuivent pratiquement « comme d’habitude » sur les places et dans les souks de Marrakech, que les restaurants, jardins, musées et palais restent ouverts, il est sage de ne pas oublier que vous visitez un pays musulman à une période particulièrement sainte du calendrier religieux et que par courtoisie vis-à-vis des résidents locaux, il faut respecter un code vestimentaire conservateur pour se promener en ville.

Mort de Rire

Le festival international de l’humour (connu également sous le nom de MDR ou mort de rire) est prévu du 10 au 14 juin 2015. Inspiré par l’humoriste, acteur et producteur franco-marocain Jamel Debbouze (qui est devenu célèbre grâce au film « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain », primé aux Oscars), cette manifestation permet aux rois et reines de l’humeur francophone de régner dans des endroits comme le palais Badi, l’Institut français, le Théâtre royal et le centre de conférence de Marrakech.

Festival de musique sacrée de Fès, du 13/06/2016 au 21/06/2016

Une des manifestations culturelles les plus importantes du Maroc, cet exceptionnel festival de Fès fête et promeut la relation entre la spiritualité et les arts, bien que l’éventail des spectacles soit en fait bien plus large. Des artistes locaux comme des vedettes internationales se produisent dans des spectacles de musique et de danse de grande classe. Parmi les autres manifestations et festivals qui se tiennent généralement en juin, on compte :

  • Le festival national du folklore à Marrakech, une manifestation de 10 jours qui célèbre la tradition populaire du Maroc.
  • Le festival Sahraoui à Agadir, un évènement qui comprend des courses de chameaux et des spectacles de chant/danse régionaux, dont l’impressionnante danse des guerriers de Layoune.
  • Le festival des cerises à Séfrou, près de Fès, pour fêter la récolte des cerises avec de la musique, des compétitions sportives et des marchés ; cet évènement comprend l’élection et le couronnement de la « Miss Cerise » et une Marche aux flambeaux.
  • Le festival de la figue de Bouhouda (monts du Rif), près de Taounate.
  • Le moussem de Sidi el-Ghazi à Guelmim, juste au sud d’Agadir.

Le Tanjazz : enfin, mais non moins des moindres, Tanger accueille ce mois-ci son festival annuel de jazz. Des informations complémentaires sont disponibles en ligne.

Autres choses à faire au mois de juin

C’est une fabuleuse période pour explorer la route haute qui mène au col de Tizi n’Test dans les montagnes du Haut Atlas toutes proches, là où les températures brûlantes de l’été sont tempérées par l’altitude pour redescendre à des niveaux plus tolérables. Grimpant jusqu’à son sommet de 2092 m, souvent vertigineuse et ponctuée de virages en épingle à cheveux à travers les montagnes, cette route est assez difficile, même pour les conducteurs expérimentés, mais ses panoramas spectaculaires sur les montagnes en rendent l’ascension exceptionnellement gratifiante.